En 2014, bon nombre d‘inégalités subsistent à travers le monde et c’est sur une question fondamentale que l’ONU a soulevé un point important : l’accès à l’avortement n’est pas le même dans tous les pays d’Europe, pire, certains pays font machine arrière. Alors que l’avortement est formellement interdit à Malte, ou autorisé dans certains cas ailleurs, tous les pays européens ne sont pas complètement d’accord sur cette question. La Fée Ministe fait le point sur certains pays d’Europe.

ALLEMAGNE (Autorisé jusqu’à 12 semaines de grossesse – 6,1 avortements pour 1 000 femmes en 2010)

La femme enceinte, sur simple demande, peut avoir accès à un suivi et à l’avortement. Les patientes doivent cependant obtenir un Certificat dans un Centre de conseil sur la grossesse en dehors des cas de viol ou pour motifs thérapeutiques.

POLOGNE (0,1 avortements pour 1 000 femmes en 2010)

Longtemps légal sur simple demande de la femme, comme dans beaucoup d’autres pays communistes, l’avortement a été recadré par la loi en 1993. Il ne peut être pratiqué aujourd’hui qu’en cas de viol ou de danger pour la santé, mais dans les faits, il est pratiquement impossible d’avorter en Pologne, en raison de l’hostilité des médecins.

 

ITALIE (Autorisé jusqu’à 12 semaines de grossesse – 10 avortements pour 1 000 femmes en 2010)

En Italie, une femme peut avorter sans avoir à se justifier. Mais la clause de conscience est très fréquemment invoquée par les équipes médicales pour justifier un refus de pratiquer des IVG.

PORTUGAL (Autorisé jusqu’à 10 semaines de grossesse – 9 avortements pour 1 000 femmes en 2010)

Les femmes peuvent avorter au Portugal sans justification. La loi a été libéralisée en 2007, après un référendum.

ROYAUME-UNI (Autorisé jusqu’à 24 semaines de grossesse – 14,2 avortements pour 1 000 femmes en 2010)

La loi sur l’avortement en Grande-Bretagne date de 1967, mais ne s’applique pas à l’Irlande du Nord, qui bénéficie d’un régime dérogatoire : les avortements ne peuvent y être pratiqués qu’en cas de risque pour la santé de la mère, mais pas en cas de viol.

Le droit à l’avortement menacé en Espagne !

A l’heure actuelle, les femmes enceintes peuvent avorter jusqu’à 14 semaines de grossesse, voire 22 semaines en cas de malformation du foetus seulement, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy prépare depuis plusieurs semaines une réforme. Si elle est votée, elle plongerait le pays 30 ans en arrière disent l’opposition et de nombreuses associations. Le texte, adopté en Conseil des ministres en décembre 2013, prévoit de limiter l’avortement aux seuls cas de viol, et d’incapacité physique ou mentale de la mère, ce qui réduirait fortement son accès. Suite à ça, une manifestation s’est tenue le 8 janvier dernier devant le Consulat d’Espagne à Toulouse. L’ONU craint donc un retour en arrière en matière d’avortement alors que de nombreux pays d’Europe avaient fait avancer leurs lois.

Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

Les anti-IVG ont défilé hier à Paris !

Entre 16 000 et 40 000 opposants à l’avortement ont manifesté hier à Paris. Alors que les députés ont prévu de débattre aujourd’hui à propos de nouvelles dispositions visant à assouplir l’accès à l’IVG, les manifestants estiment, eux, que l’Espagne est « aujourd’hui un exemple ». Les organisateurs de la « Marche pour la vie » espèrent avoir fait entendre leurs voix pour éviter une « banalisation de l’avortement ». Et les femmes, qu’en pensent-elles ? Après tout, c’est de leur corps dont il est question.

Alors qu’en France, l’IVG est remboursé à 100% pour toutes depuis la mesure y faisant référence votée le 26 octobre 2012, certains de nos voisins européens sont loin de faciliter cet accès aux femmes. Cet acte, bien qu’il ne doit pas être considéré comme un acte anodin, doit pourtant voir son accès se faciliter dans certains cas. Les discussions vont encore être nombreuses…

A propos de l'auteur

La Fée Ministe !
Rédactrice Féministe

Actualités sur la condition des femmes, pas toujours facile même au XXIème siècle. Je parle de tout ce qui me touche et m'interpelle. Belle et rebelle à la fois, pour montrer que nous le valons bien !

Une réponse

Laisser un commentaire